Wolfenstein : Youngblood permet de tuer des nazis en famille.

Wolfenstein : Youngblood permet de tuer des nazis en famille.


« Cinq de plus », demande Anya à sa fille Zophia – ou Soph, pour faire court. Elle frappe le sac de boxe non pas cinq, mais quatre fois de plus. Épuisée par un entraînement intense, elle s’accroupit et demande si elle peut se reposer.

Le visage d’Anya se durcit. Elle serre sa fille dans un étau, lui rappelant que c’est toujours celui qui peut tenir une seconde de plus qui s’en va avec sa vie.

Quelque part dans les champs près de leur maison, Jessie, la soeur de Soph, et son père sont partis à la chasse. Un fusil à la main, Jessie, surnommée Jes, regarde dans la lunette de visée pour viser un bélier.

Elle demande à son père BJ si elle peut appuyer sur la gâchette. Il lui demande de prendre un moment pour sentir son environnement. Avec une habileté impressionnante, elle indique l’emplacement de quelques menaces proches – mais l’une d’entre elles passe inaperçue. Avant qu’un serpent venimeux ne puisse l’attaquer, BJ l’attrape à la gorge.

Wolfenstein : Youngblood fait un excellent travail de présentation de ses protagonistes Soph et Jes. Nous les rencontrons d’abord en tant qu’adolescents apprenant ce qu’il faut pour être un survivant dans un monde occupé par les nazis. Peu de temps après, Wolfenstein : Youngblood les rattrape dix ans plus tard alors qu’ils sont à la recherche de leur père, qui a mystérieusement disparu. Abby, amie, experte en sciences et hackeuse, fournit aux jumeaux des combinaisons électriques et les deux se lancent dans une mission pour retrouver leur père.

Youngblood ne met pas longtemps à vous réchauffer à ses personnages. Soph et Jes sont charmantes, chacune avec sa propre personnalité. Soph est pleine d’entrain, mais sa sœur Jes est très professionnelle. Elles échangent des plaisanteries comme le font de vraies sœurs, faisant référence à des livres et à des conversations qu’elles ont partagées. Il est agréable de regarder les cutscenes où elles interagissent entre elles ou avec d’autres personnages, car elles sont tellement sympathiques.

Les personnages de Youngblood sont ce qui m’a attiré. Mais le jeu est aussi génial.

Je suis venu pour les meurtres de nazis, je suis resté pour les soeurs.

J’ai joué le rôle de Soph et mon partenaire de coopération celui de Jes. Nous avons enfilé nos combinaisons et nous nous sommes retrouvés dans un dirigeable Zeppelin rempli de nazis. En explorant ses nombreuses pièces, nous avons rencontré une douzaine d’ennemis ou plus. Notre premier réflexe a été d’y aller à toute vitesse, mais cela a attiré tous les nazis à proximité, faisant de nous le centre d’une tempête de balles.

La coopération devient cruciale car les ennemis se rapprochent de toutes les directions et peuvent vous submerger rapidement. Je le sais car cela m’est arrivé. La santé épuisée, je suis tombé au sol et une barre s’est lentement remplie, comptant le temps qu’il restait à mon partenaire pour me ranimer. Si nous tombions tous les deux, nous devions recommencer à partir de notre dernier point de contrôle. Malheureusement, c’est exactement ce qui s’est passé.

Nous avons essayé une approche plus subtile à la place, et ça a bien mieux marché. Jess et moi nous sommes faufilés vers les ennemis, les éliminant silencieusement et sans attirer l’attention. Puis, une fois que nous avons réduit le troupeau, nous sommes retournés à nos habitudes téméraires.

Au fur et à mesure que nous progressions, les ennemis devenaient plus variés et plus difficiles à tuer. Certains étaient résistants, avec des couches d’armure qu’il fallait traverser avant de pouvoir les abattre. D’autres étaient mous, ne supportant que quelques tirs de Soph et Jes avant de tomber au sol. Il y avait même un chien blindé avec une bombe qui courait vers nous et explosait (oh non, pas les chiots !) La variété nous a permis de deviner. Nous avons avancé avec prudence, en jugeant soigneusement nos adversaires.

Youngblood a également des mini-bosses. Un ennemi, en particulier, possède une capacité spéciale qui le rend invisible. Un coup le fait réapparaître pendant quelques instants avant qu’il ne disparaisse à nouveau. Son armure était épaisse, son arme était absurdement puissante. Il nous a fallu, à mon partenaire et à moi, au moins 10 minutes d’esquives, de tirs et de réanimations fréquentes pour en finir avec ce type. Cela a renforcé l’idée que Wolfenstein : Youngblood n’est pas une promenade de santé, même à deux joueurs.

On nous a dit que chaque variante d’ennemi évoluait et que des améliorations seraient apportées à son équipement cinq fois au cours du jeu. Cela me fait penser que la difficulté va augmenter et que la coopération deviendra de plus en plus importante au fur et à mesure que vous progresserez. C’est de bon augure pour sa progression de style RPG. Au fur et à mesure que vous jouez, vous débloquez des points de compétence qui peuvent être utilisés pour débloquer de nouvelles capacités. Je n’ai pas vu grand-chose pendant ma démo, mais je sais que les sœurs ont les mêmes capacités et qu’elles auront des niveaux différents.

Le travail d’équipe est également nécessaire en dehors des combats. Les jumelles rencontreront des portes, des serrures à clavier et d’autres obstacles environnementaux qui nécessiteront une coopération. Il suffit généralement d’appuyer sur un bouton de chaque côté d’une porte, ou d’activer un ensemble de panneaux en même temps. J’aurais aimé voir des puzzles plus compliqués, mais encore une fois, nous étions au début du jeu.

Le ajoute une touche cool à la coopération : les signaux de Pep. Ce sont des émoticônes qui améliorent votre frère ou votre sœur. Mon signal était les cornes du diable. Chaque fois que je l’utilisais, Soph émettait des émotes en criant des mots d’encouragement comme « Continue comme ça, soeurette » en améliorant l’armure de sa sœur. C’est une bonne occasion de rire, mais aussi de se rappeler à quel point les sœurs sont charmantes, ce qui contrebalance l’histoire brutale du jeu et ses graphismes granuleux.

Wolfenstein : Youngblood est peut-être un spin-off, mais d’après ce que j’ai vu à l’E3, il a tout ce qu’il faut pour se démarquer. Il ne se contente pas d’apporter à la série le plaisir de tuer des nazis en coopération, mais deux soeurs insolentes, qui déchirent et que l’on aime, avec un gameplay qui exige une réelle coopération. Youngblood promet d’être encore une fois un bon moment de tuerie nazie, et maintenant, vous pouvez jouer avec un ami.

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.