Metro Exodus : critique : Un enfer nucléaire qui vous séduit

Metro Exodus : critique : Un enfer nucléaire qui vous séduit


Metro Exodus : critique du jeu

Metro Exodus : Day One Edition – PlayStation 4

« Metro Exodus est un formidable jeu de tir post-apocalyptique qui développe la série sans ignorer ses racines. » »

  • Environnements et atmosphère brillants

  • Un mélange équilibré de survie et d’action

  • Une histoire émouvante et satisfaisante

  • Des options de personnalisation approfondies

  • Les bogues peuvent gêner

  • Objectifs parfois obtus

La série de jeux post-apocalyptiques Metro a failli s’effondrer après la faillite de l’éditeur THQ. Le développeur 4A Games a trouvé un nouveau foyer pour la série chez Deep Silver. Tout comme l’histoire de l’ordre spartiate et du protagoniste Artyom lui-même, l’histoire de Metro est celle de la survie. Avec Metro ExodusCependant, 4A visait quelque chose de plus grand, en faisant sortir l’aventure des lignes de métro du titre pour l’amener dans le monde décimé d’en haut. Metro Exodus comporte encore certains des problèmes classiques de la série, mais il la fait progresser d’une manière qui prouve qu’elle peut rivaliser avec les grandes franchises post-apocalyptiques, et même les surpasser.

Un monde à explorer

Après la « bonne » fin dans Metro : Last Light, Metro Exodus trouve le protagoniste Artyom et sa femme Anna travaillant pour protéger ce qui reste des citoyens de Moscou, mais la perspective sans issue que cela signifie pour son avenir le laisse insatisfait. En quête d’espoir, Artyom retourne plusieurs fois à la surface irradiée et tente de localiser par radio les autres régions survivantes, au grand dam d’Anna, mais les signes de vie convainquent bientôt le reste de l’Ordre que Moscou ne devrait pas être leur foyer.

Un voyage d’un an en train à travers le pays commence, avec Artyom et Miller, le père d’Anna, à la tête d’un petit groupe d’agents en mission pour trouver un refuge sûr et découvrir la vérité derrière la guerre nucléaire qui a dévasté la planète.

Comme pour les deux précédents jeux Metro, Metro Exodus fait passer son histoire avant presque tout le reste, ce qui donne lieu à de longues coupes et à des rencontres hors combat dans le train et dans la nature, mais il parvient à ne pas donner l’impression d’être un matériau de remplissage. Apprendre l’histoire, la personnalité et même les talents des camarades d’Artyom contribue à les rendre uniques, et donne une tension supplémentaire aux scènes d’action à fort enjeu dans lesquelles ils se retrouvent souvent.

Metro Exodus ne s’appuie plus sur les factions que l’on a vues si souvent dans les deux jeux précédents.

Artyom lui-même reste silencieux, sauf lorsqu’il écrit un journal, mais il a développé un certain charme au fil des années. L’utilisation de ses mains l’aide à rester expressif aux moments clés.

Ces excellents moments de construction du caractère sont, cependant, parfois brouillés par des problèmes de script bizarres. Les personnages peuvent s’interrompre les uns les autres de manière non intentionnelle, et lors du chargement d’une zone, nous avons été obligés de rester debout et d’attendre que les personnages aient des conversations qu’ils avaient déjà eues quelques minutes auparavant avant d’être autorisés à progresser. Une autre zone comportait une mission secondaire qui ne pouvait être achevée qu’après avoir repris l’histoire principale, et nous sommes restés bloqués pendant plus d’une heure à essayer d’y accéder.

L’apocalypse sous un autre jour

Il n’est plus lié au système de métro ou même à Moscou, Metro Exodus ne s’appuie plus sur les factions que nous avons vues si souvent dans les deux jeux précédents. L’Armée rouge et le Quatrième Reich sont à peine mentionnés, Artyom rencontrant à la place des groupes entièrement nouveaux. Certains sont amicaux, d’autres le sont moins, et ajoutent à la série des techniques d’assassinat macabres. Il en résulte une histoire sans doute moins politique que celle de Metro ExodusCe qui est un peu étrange étant donné le sujet de la série. Mais la retenue dont il a fait preuve pour ne pas jeter l’évier de la cuisine pour un jeu Metro « plus grand et meilleur » a en fait conduit à une œuvre finale plus forte, et qui sera toujours essentielle lorsque l’inévitable quatrième jeu sortira.

Metro Exodus

Libérez-vous des contraintes de l’architecture et des rues enneigées de Moscou, Metro Exodus possède les environnements les plus variés de la série, et sans doute de tous les jeux post-apocalyptiques à ce jour. De l’hiver à la fin de l’automne, nous voyons de vastes déserts recouverts de sable, des forêts envahies de huttes primitives et des marécages abritant des limaces géantes. Nous passons tout de même beaucoup de temps dans les bunkers et dans le système de métro lui-même, donc toute inquiétude au sujet de l’utilisation du système de métro n’a pas lieu d’être. Exodus L’abandon d’une partie aussi emblématique de la série avec le changement de lieu est rapidement écarté.

Les environnements vont du lugubre au sadique, avec des têtes coupées stockées dans des réfrigérateurs et des squelettes empilés dans les métros. Les nouvelles zones extérieures sont plus lumineuses mais toujours remplies de bâtiments qui plongent dans l’obscurité totale. Votre lampe de poche et votre briquet sont indispensables, avec toujours à l’esprit la menace d’alerter un ennemi à la lueur de votre lumière. Si vous vous perdez, la carte est un objet du jeu qui doit être consulté en temps réel. Tout cela contribue à un sentiment de tension qui imprègne l’ensemble du jeu, allant parfois jusqu’à l’horreur pure et simple.

Allez-vous essayer de vous faufiler dans un complexe rempli de bandits et de les éliminer avec un pistolet à air comprimé, ou allez-vous lancer des grenades par la porte d’entrée ?

Mais Exode n’est pas un jeu à monde ouvert. Au contraire, il vous offre une variété de grands environnements à explorer et à fouiller pour atteindre votre objectif principal, ainsi que du contenu annexe directement lié à cet objectif. Il n’y a pas de PNJs aléatoires qui attendent de vous donner des récompenses pour avoir accompli des quêtes. Cela permet de garder un rythme constant, sans quêtes de recherche ou batailles sans importance qui ralentissent l’histoire. Le jeu n’est pas très explicite sur la façon d’aborder les objectifs secondaires, certains n’étant accessibles qu’après avoir avancé dans l’objectif principal, mais il n’y a qu’un ou deux endroits où cela peut poser problème.

Des zones brillamment équilibrées, des ressources rares et des ennemis vous assurent de ne jamais vous sentir en sécurité, quelle que soit la situation. Des objets tels que les filtres de masque à gaz sont précieux, et vous mourrez en quelques secondes sans eux lorsque vous visitez des zones où l’air est pollué. Les kits médicaux sont encore plus importants, et leur disponibilité limitée encourage la furtivité ou l’évitement total du conflit.

Vous constaterez que l’économie d’une ressource entraîne presque toujours la perte d’une autre. Malheureusement, éviter les ennemis signifie manquer tout ce qu’ils défendent. Cette approche risque-récompense affecte presque toutes les rencontres. Allez-vous tenter de vous faufiler dans une enceinte remplie de bandits et les éliminer à l’aide d’un pistolet à air comprimé, ou allez-vous adopter une approche plus directe et lancer des grenades à travers la porte d’entrée ? Le fait d’être bruyant n’est pas sans conséquences, car cela amène souvent des mutants mortels et rapides dans le combat. Dans Exodus, ce ne sont pas les ennemis que vous voyez qui sont les plus dangereux, mais ceux qui attendent une excuse pour se montrer.

A million ways to kill

Metro ne s’est jamais vanté d’offrir le jeu de tir le plus fluide, mais… Exodus fait un travail adéquat avec son arsenal. Les fusils de chasse ont un coup de pied impressionnant qui fait qu’aligner un deuxième tir devient une compétence acquise, et le tir vif et précis du fusil à air comprimé Tikhar est idéal pour les joueurs patients. La détection des coups ne semble pas aussi précise que dans des jeux de tir à la première personne similaires, et il nous est arrivé de ne pas pouvoir atteindre une cible qui était dans notre ligne de mire, mais le système de checkpoints extrêmement généreux du jeu fait que ce n’était qu’une gêne occasionnelle.

Le sens du choix dans les batailles s’étend également à la personnalisation de l’équipement. Artyom peut transformer complètement les objets qu’il trouve pour les adapter à ses besoins en utilisant des pièces détachées d’armes abandonnées et trouvées dans l’environnement. Un revolver puissant peut être modifié avec un système de crosse et de canon différent pour devenir un fusil à pompe, et un fusil AK de base peut servir d’arme de jet à courte portée ou d’arme de rêve pour un tireur d’élite.

Même le masque d’Artyom peut être modifié, avec une armure plus solide ou un verre résistant aux balles, mais il y a un compromis à faire pour chaque décision. Une armure vous permettra de rester en vie, mais une visière fissurée vous obligera à recouvrir le trou avec du ruban adhésif obstruant la vue jusqu’à ce que vous puissiez effectuer des réparations complètes.

Notre avis

Il y a toujours certains problèmes techniques que nous avons déjà vus chez 4A Games, mais… Metro Exodus Metro Exodus est un formidable jeu de tir post-apocalyptique qui développe les options de personnalisation et les environnements de la série sans ignorer ses racines survival. 4A Games s’attache à transformer les histoires de l’auteur Dmitry Glukhovsky en mondes (à peine) vivants et respirants, offrant de brèves lueurs d’espoir dans un récit autrement déprimant et parfois nihiliste. Exode établit Metro comme l’un des plus grands jeux de tir axés sur la narration, et prouve que l’action excitante ne doit pas nécessairement se faire au détriment de l’histoire.

Y a-t-il une meilleure alternative ?

Non. Exode est merveilleux et semble unique, même lorsqu’on le compare à des jeux similaires tels que 2033 et Dernière lumière.

Combien de temps cela va-t-il durer ?

L’histoire principale et la plupart des missions annexes nous ont pris environ 10 heures en difficulté standard.

Devriez-vous l’acheter ?

Oui, surtout si vous cherchez une version plus réaliste de l’apocalypse.

DT Gameplay

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.