Les spécifications et la compatibilité rétroactive de la PlayStation 5 de Sony sont présentées.

Les spécifications et la compatibilité rétroactive de la PlayStation 5 de Sony sont présentées.


Mark Cerny, architecte principal du système PlayStation 5, a donné un aperçu de ce que l’architecture de la nouvelle console a à offrir aux joueurs d’aujourd’hui.

Dans un discours préenregistré intitulé « The Road to PS5 », Mark Cerny a évoqué les objectifs de la prochaine console de Sony. Une décision clé a été de trouver un équilibre entre évolution et révolution. L’évolution s’est traduite par l’ajout de la rétrocompatibilité et la réduction des différences d’architecture entre la PlayStation 4 et la PS5. Cerny pense que les développeurs auront besoin de moins d’un mois pour se mettre à niveau, ce qui représente une baisse par rapport aux un à deux mois nécessaires pour la PS4. En attendant, la révolution se présente sous la forme de nouvelles fonctionnalités et d’un matériel plus performant.

Au cours de son discours, qui devait initialement être prononcé lors de la Game Developers Conference de cette année, Cerny a révélé que la demande numéro un des développeurs était d’inclure un disque à semi-conducteurs. Alors qu’il faut 20 secondes au disque dur de la PlayStation 4 pour charger un gigaoctet de données, le SSD de la PS5 peut charger 5,5 Go en une seconde. Les objectifs de la société pour le SSD étaient de charger les jeux en une seconde, de ne pas avoir d’écrans de chargement, de dédupliquer les données des jeux et d’éliminer les longues installations de patchs.

Cerny a également révélé certaines spécifications de la PS5 et a confirmé que le système disposera de 16 Go de RAM GDDR6, soit la même chose que la Xbox Series X. Il disposera également de 36 unités de calcul. Elle disposera également de 36 unités de calcul cadencées à 2,23 GHz, ce qui signifie que la PS5 aura une puissance de traitement de 10,3 téraflops. Le système prendra en charge les disques durs externes pour jouer aux jeux de la dernière génération, mais ceux qui souhaitent stocker et jouer à d’autres titres de la PS5 devront acheter un SSD M2, bien que la société annonce les disques spécifiques pris en charge à une date ultérieure. Ceci est en contraste avec Microsoft, qui vendra une carte d’extension propriétaire de 1 To pour sa console.

L’architecte système a également tenu à clarifier la question de l’unité de traitement graphique de la PS5. Cerny a réaffirmé que le système utilisera un GPU AMD personnalisé basé sur le RDNA 2 et que Sony a collaboré avec la société pour son développement. « Si vous voyez un GPU discret similaire disponible sous forme de carte PC à peu près au moment où nous sortons notre console, cela signifie que notre collaboration avec AMD a réussi à produire une technologie utile dans les deux mondes », explique Cerny. « Cela ne signifie pas que nous, chez Sony, avons simplement incorporé la partie PC ».

Mark Cerny, architecte système principal de la PlayStation 5
Mark Cerny, principal architecte système de la PlayStation 5.

Cerny a également expliqué comment Sony a réalisé la rétrocompatibilité sur le prochain système. Plutôt que d’inclure le chipset du dernier système comme Sony l’a fait avec les systèmes PlayStation 3 de lancement, il a inclus la logique du système précédent dans le système. La PS5 disposera à la fois d’un mode PS4 Pro et d’un mode PS4 legacy et pourra exécuter des titres avec des performances accrues. « Nous avons récemment jeté un coup d’œil aux 100 meilleurs titres PlayStation 4 classés par temps de jeu et nous nous attendons à ce que presque tous soient jouables au lancement sur la PlayStation 5 », note Cerny tout en précisant que les jeux doivent être testés.

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.