La société qui a copié Mario Kart doit payer plus de 450 000 dollars à Nintendo.

La société qui a copié Mario Kart doit payer plus de 450 000 dollars à Nintendo.


Une société cherchant à faire de Mario Kart une réalité a été confrontée à la réalité par Nintendo, qui l’a envoyée au tribunal. Le géant litigieux du jeu vidéo a pris des mesures et s’est vu attribuer plus de 450 000 $.

Mari Mobility, la société à l’origine de l’attraction sans licence, devait initialement payer à Nintendo environ 89 000 dollars de dommages et intérêts avant qu’un appel infructueux ne vienne quintupler ce montant.

« [Nintendo] continuera à prendre les mesures nécessaires contre la violation de la propriété intellectuelle, y compris notre marque, afin de protéger notre importante propriété intellectuelle, que nous avons construite au cours de nombreuses années d’efforts », a déclaré Nintendo dans un communiqué après le jugement.

Le nouvel ordre de paiement intervient alors que Nintendo se prépare à lancer le Super Nintendo World dans les studios Universal au Japon plus tard cette année, avec des plans pour des sites internationaux également en préparation. Le parc proposera son propre manège Mario Kart et des blocs de questions que les visiteurs pourront atteindre pour collecter des pièces grâce à un bracelet spécial. L’attraction Mario Kart devrait également utiliser des lunettes de réalité augmentée pour simuler les objets que les joueurs utilisent dans les jeux vidéo Mario Kart. Nintendo a récemment étendu les jeux traditionnels de Mario Kart sur console aux appareils mobiles avec Mario Kart Tourqui a déjà attiré plusieurs centaines de millions de joueurs.

Le premier regard de Nintendo sur le Super Nintendo World est arrivé plus tôt en janvier, bien que la dernière décision de justice semble être une coïncidence. Alors que le site japonais ouvrira cette année, il ne sera pas prêt aux studios Universal d’Orlando avant 2023.

Nintendo a poursuivi Mari Mobility, qui opérait à l’origine sous le nom de Maricar, en 2017 pour violation du droit d’auteur concernant son attraction de type Mario Kart et a déclaré qu’elle créait une « concurrence déloyale » pour Nintendo. En plus de faire la course avec des véhicules similaires à ceux de la série, les clients recevaient également des costumes sosies. La société a depuis cessé de distribuer ces costumes et propose désormais des costumes de super-héros et de dessins animés à la place. Elle affiche également sur son site web un avis indiquant que les manèges n’ont aucun lien avec Nintendo ou la franchise Mario Kart, et qu’elle est toujours en activité.

Ce n’est guère le premier procès de Nintendo concernant la violation des droits d’auteur. En 2018, la société a reçu plus de 12 millions de dollars dans une affaire contre Jacob Mathias, qui exploitait les sites de ROM non autorisés LoveROMs.com et LoveRetro.co. L’ordonnance a également donné à Nintendo la propriété des deux sites Web.

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.