Gears Tactics : critique : Une tactique solide dans un univers riche

Gears Tactics : critique : Une tactique solide dans un univers riche


Gears Tactics Review Gritty Grub Fun Gearstactics 00

Gears Tactics : critique : Un nouveau genre, le même chaos gore de Gears.

« …Gears Tactics n’a pas besoin de rivaliser avec le dernier jeu de la série principale pour faire passer les grandes ambitions de la franchise en matière de conflit mondial. »

  • Un gameplay profond mais accessible

  • Ressemble à une extension naturelle des meilleures caractéristiques de la franchise.

  • Un autre coup de pouce intéressant à son histoire en constante évolution.

  • Une nouvelle façon d’appréhender un monde ancien

  • Quelques problèmes de contrôle et de caméra

  • Le pop-in des textures persiste

  • La présentation est un peu fade

Gears Tactics est une nouvelle tentative d’attirer les spectateurs vers la franchise de longue date qui a fait connaître la Xbox 360 de Microsoft. Après plus de 14 ans de voix rauques et de biceps saillants, la mort et la destruction au tour par tour à la sauce caractéristique de la série constituent l’ajout le plus excitant à la saga depuis… Gears of War 2.

Ce que nous avons ici est un titre de stratégie au tour par tour sur la bande préférée de frères à tête de bloc et leurs luttes contre l’infâme horde de Locustes.

Commander une équipe minuscule mais audacieuse pour éclabousser des lézards bizarres est une expérience familière mais suffisamment différente pour que les vétérans de Gears se détournent de ses racines à la troisième personne tout en offrant aux fans de stratégie le genre d’affrontements à petite échelle dont ils raffolent.

Gears Tactics ne vous tient pas la main, mais il vous incitera à mettre en œuvre les stratégies de destruction de la bouffe que vos amis en ligne ont tendance à bâcler. C’est le témoignage d’une franchise qui a perfectionné le combat gore dès ses débuts, et cette approche tactique de son format aurait dû être faite il y a des années.

Gears Tactics gameplay

Gears Tactics est un préquel qui se déroule 12 ans avant le premier jeu, alors que Gabe Diaz prend les rênes. Son équipe est chargée d’assassiner Ukkon, l’ingénieur énigmatique à l’origine des monstruosités emblématiques Brumak et Corpser, et il n’a pas peur d’utiliser ses créations grotesques pour vous arrêter.

Grattez 12 larves

Pour abattre Ukkon, vous recrutez et reconstituez des héros et des fantassins, dont le rôle est déterminé par l’une des cinq armes emblématiques qu’ils préfèrent.

Ce n’est peut-être pas très compliqué à gérer. Pourtant, la conception rigoureuse permet de garder les éléments de base du combat simples, les stratégies plus sophistiquées naissant de l’orientation que vous décidez de donner à leurs arbres de talents uniques au fur et à mesure qu’ils montent en niveau.

Avec seulement quelques cutscene occasionnelles pour faire avancer le récit, vous êtes presque toujours face à l’ennemi. Il n’y a que très peu de menu dans lequel s’engouffrer, ce qui est une bonne chose puisque les menus ne seraient pas déplacés sur un téléphone portable.

Une fois que vous êtes à l’air libre, tout le monde est sur le pont. Quel que soit le type de mission dans lequel vous vous trouvez, votre escouade de quatre unités ou moins atterrit à la même position, le brouillard de guerre obscurcissant presque tout jusqu’à ce que vous avanciez dans la boue.

Les objectifs des missions sont assez variés, mais ils se résument tous à la même chose : tuer des lézards bizarres.

Chaque tour ressemble, se sent, et sonne comme un… Gears of War escarmouche.

Chaque unité dépense une quantité limitée de PA par tour entre les actions offensives et défensives, et vous pouvez faire tourner votre équipe pour optimiser votre budget.

Les exécutions cinématiques sont de retour et sont encouragées pour tirer le meilleur parti de la stricte limite d’action de votre équipe. On n’a vraiment pas l’impression d’être dans un Gears jeu sans eux.

La façon dont les séquences d’action emblématiques de Gear s’intègrent parfaitement à cette formule au tour par tour crée une dynamique de combat qui semble étonnamment fidèle au matériel source tout en offrant une nouvelle perspective bienvenue. L’idée de prendre un jeu existant Gears et simplement déplacer la caméra vers le haut commence à avoir du sens ici.

Capacités passives de Gears Tactics

Chaque tour ressemble, se sent, et sonne comme un… Gears of War Une escarmouche se déroule sous un angle différent. Les unités se glissent à couvert et tirent (et ratent) par derrière, et la caméra cinématique d’abattage passe parfois par-dessus l’épaule d’une unité pour vous rapprocher de l’action.

Les caches de butin disséminés sur chaque champ de bataille permettent d’obtenir des accessoires d’armes et des équipements aléatoires à la fin de la mission, ce qui permet d’optimiser le temps passé entre les tâches et de personnaliser le personnage. Lorsque vous commencerez à recruter des alliés, vous passerez cinq à dix bonnes minutes entre chaque mission, pour vous assurer que leur équipement et leurs capacités s’alignent.

Faire sauter la tête d’un Boomer et utiliser son lance-grenades pour faire éclater des Wretches n’est que la cerise sur le gâteau, et jeter un ananas dans un trou d’émergence mérite toujours un high-five de la part de qui que ce soit.

Tactique sur le champ de bataille, stratégie dans les menus.

La progression de l’histoire et les missions secondaires obligatoires facilitent le besoin de troupes de réserve. Vous ne pouvez pas récupérer l’équipement d’une unité si elle est utilisée ne serait-ce qu’une fois dans un chapitre multi-mission, ce qui rend la gestion du butin encore plus importante. Lorsque vous atteignez certains des derniers actes, le menu de personnalisation bancal commence à compliquer les choses.

Gears Tactics permet de réaliser efficacement les grandes ambitions de la franchise en matière de conflit mondial.

À moins d’être un maître tacticien, il n’est pas facile de mémoriser la douzaine de compétences passives et actives de chaque unité. Une liste des caractéristiques de chaque unité peut être consultée, mais essayer de tirer le maximum de chaque tour est un sérieux entraînement mental qui peut taxer les nouveaux venus.

C’est le genre de surcharge d’informations que les vétérans de la série vont adorer, et qui ne serait pas aussi problématique si vous pouviez emmener la même équipe dans chaque mission.

Gameplay de Gears Tactics

Le rythme plus lent du jeu au tour par tour de Gears Tactics insuffle une nouvelle vie à la franchise, qui se résume à une guerre d’usure presque sans fin. La série a commencé à adopter un monde plus ouvert, mais plutôt que d’explorer avant une autre grande bataille, avoir le temps de se déplacer pendant une escarmouche en cours aide le monde décimé de Sera à se sentir plus vivant que jamais.

Comme pour les entrées précédentes, Gears Tactics est toujours en proie à des problèmes de pop-in de texture, et tout le monde, sauf les acteurs principaux, a l’air et le son un peu raides. Mais une fois que les choses se chargent correctement, Gears Tactics permet de réaliser efficacement les grandes ambitions de la franchise en matière de conflit mondial.

On a plus de chances d’applaudir un bon lancer de grenade ou un coup critique chanceux que de se plaindre des bizarreries techniques ou des méthodes de calcul des coups.

Tout comme pour Gears 5le clavier et la manette se disputaient constamment le contrôle de l’action, créant des conflits entre la caméra et le curseur. Si l’on ajoute à cela l’impossibilité de vérifier les chances de toucher l’ennemi et que l’indicateur de ligne de visée ment, j’ai parfois eu l’impression que le jeu n’était pas tout à fait équitable.

Mais, sur une difficulté inférieure, il y avait beaucoup plus de cris de victoire que de larmes d’angoisse. Il y a eu des sessions de jeu qui, associées à un menu qui semble déjà intuitif au toucher, pourraient facilement être transposées sur des appareils mobiles à l’avenir. XCOM l’a fait, et ça ne me dérangerait pas de prendre Tactiques dans le train.

Notre point de vue

Gears Tactics est mon préféré Gears jeu depuis des années. Il est loin d’être aussi riche en fonctionnalités que les titres de la série principale. Néanmoins, son rythme plus lent est une nouvelle façon de profiter de la civilisation en ruines de Sera, que vous soyez un fan de longue date ou un novice à la recherche d’un nouveau titre de stratégie à gros budget.

Mis à part quelques problèmes techniques, ce jeu a ravivé mon amour pour une franchise dont je pensais vraiment qu’elle ne survivrait pas au passage à la nouvelle génération. Il s’avère que ce n’est pas l’histoire de plus en plus compliquée qui m’a éloigné de la franchise, mais plutôt la même boucle de gameplay fatiguée qu’elle a employée au cours des quinze dernières années.

Gears Tactics est une nouvelle étape brillante pour une série qui n’a pas connu beaucoup d’innovations depuis sa création. Ce n’est pas un jeu très ambitieux, mais c’est un jeu très amusant.

Y a-t-il une meilleure alternative ?

C’est… XCOM dans le Engrenages univers. Les deux jeux ont de nombreuses années d’histoire derrière eux qui ne sont pas du tout nécessaires pour en profiter, ce qui les rend égaux à l’heure actuelle. Vous aurez la même expérience de base. Il s’agit plutôt de savoir dans quel univers vous préférez vous plonger en premier.

Combien de temps ça va durer ?

Quelques dizaines d’heures, c’est sûr. Tout dépend de la quantité de préparation que vous mettez dans chaque tour. Il y a plusieurs options de difficulté avec des modificateurs de jeu de stratégie clés pour ajouter de la chaleur. Si vous êtes prêt à relever le défi, vous jouerez à ce jeu pendant longtemps.

Devriez-vous l’acheter ?

Cela dépend. Comme il s’agit d’une propriété intellectuelle appartenant à Microsoft, tous les jeux de la franchise sont disponibles sur GamePass d’une manière ou d’une autre. Le prix de 60 dollars en vaut la peine pour les fans inconditionnels de Gears, et il vaut absolument la peine de dépenser quelques dollars pour le parcourir rapidement si vous êtes nouveau dans la franchise.

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.