Anthem' pourrait apprendre beaucoup de choses de 'Age Of Empires II'.

Anthem’ pourrait apprendre beaucoup de choses de ‘Age Of Empires II’.


Age of Empires II est sorti le 30 septembre 1999. Il a remporté de nombreux prix et est devenu un classique de la stratégie en temps réel. Pourtant, cela n’a pas suffi à faire avancer la franchise. L’inopportun Age of Empires 3 n’est arrivé que six ans plus tard et, à ce moment-là, il était trop tard. Le monde avait évolué.

La nuit dernière, plus de 15 000 personnes jouaient… Age of Empires II : HD Edition. C’est suffisant pour le placer dans le top 50 des jeux sur Steam, et occasionnellement, il se rapproche du top 25. Il semble que la popularité du jeu s’accélère. Le nombre moyen de joueurs a oscillé à la hausse depuis la sortie en 2013 du remaster HD, passant d’un minimum de 1 361 joueurs simultanés en octobre 2013 à un maximum de 10 605 joueurs simultanés en janvier 2019.

L’ascension de Age of Empires II n’est pas un hasard

C’est assez bizarre, c’est le moins qu’on puisse dire.

Age of Empires II aura 20 ans cette année et l’édition HD est une mise à jour, pas une remasterisation. Il s’agit d’un jeu tout à fait ancien dans sa présentation, ses graphismes et son gameplay, une relique littérale d’une autre époque du jeu. La nostalgie est forte ici. Je me sens certainement très bien quand je vois l’écran titre, qui ressemble beaucoup à ce qu’il était quand j’ai commencé le jeu il y a presque 20 ans.

Les souvenirs d’enfance peuvent expliquer l’enthousiasme initial pour le retour du jeu, mais son ascension constante suggère qu’il y a autre chose. Regardez de plus près, et vous le verrez. Age of Empires II : HD Edition est toujours vivant et soutenu. Plusieurs petites extensions et des correctifs réguliers permettent de maintenir l’intérêt des joueurs et de résoudre les problèmes d’équilibre, notamment sur la scène compétitive.

Oui. La scène compétitive. Ce n’est pas Overwatch Leaguemais Age of Empires 2 : HD Edition soutient deux tournois en 2019 : l’Escape Champions League et le King Of The Desert 2. Ensemble, ils offrent plus de 75 000 $ en prix.

Age of Empires II : HD Edition n’est pas un feu de paille. C’est un jeu robuste, mis à jour, avec un public fidèle qui semble grandir avec le temps. D’une certaine manière, le jeu est plus pertinent que jamais. Age of Empires 2 s’est vendu à environ un million d’exemplaires la première année et on estime qu’il s’en est vendu quelques millions de plus depuis. Le site Edition HDd’après les estimations, certes imprécises, de SteamSpy, est détenu par au moins 5 millions de joueurs.

Un bon jeu ne vieillit jamais

Aussi inhabituelle que puisse paraître sa résurgence, il y a une raison à cette folie. Age of Empires II est un grand jeu.

Y jouer reste un plaisir. Oui, il a ses rides. L’ancienne interface est parfois trop chargée, et l’IA des unités est stupide, mais le jeu traduit toujours la montée (et la chute possible) d’un empire en un petit morceau de jeu qui dure généralement environ une heure. Sauf si tout le monde fait des tortues – mais cela peut être amusant en soi. Rise of Nations est le seul jeu qui s’approche de l’amélioration de la formule, bien que je n’y ai pas assez joué pour décider s’il est meilleur.

Age of Empires II

Age of Empires II : HD Edition n’est pas un coup de chance. D’autres jeux de stratégie ont également refusé de mourir de vieillesse. Sid Meier’s Civilization V a gardé le rythme avec Civilisation VI depuis des années, et reste aujourd’hui dans le top 20 de Steam. Le jeu de Starcraft 2 Les meilleures années de Starcraft 2 sont derrière lui, mais il reçoit toujours des mises à jour et possède toujours la scène compétitive la plus forte de tous les jeux de stratégie.

Ensuite, il y a le maître de la longévité : Paradox. L’entreprise suédoise a développé de multiples franchises, telles que Hearts of Iron et Stellarisdans des jeux qui ne font que… continuer. Continuer. Going. Paradox a même traduit ce succès dans ses efforts d’édition. Cities : Skylines et Battletech suivent avec succès la même formule, en polissant des jeux déjà solides pour leur donner un éclat toujours plus complexe.

Anthem aurait dû être un jeu avant d’être un service.

Ce qui m’amène à mon point le plus important. Anthem pourrait apprendre beaucoup de Age of Empires II. Je sais que ça peut sembler fou, mais c’est vrai. Et ça s’applique à Anthem’s les concurrents, aussi.

Bungie a commencé ce bordel avec Destiny. Bien qu’il n’ait pas répondu aux attentes, il a semblé donner le coup d’envoi d’une nouvelle ère passionnante. Le jeu d’armes de base était bon. Tout ce dont il avait besoin, c’était d’un peu plus de finition et de meilleurs systèmes construits autour de l’excitation de tirer sur un alien dans les faits. Ses successeurs et concurrents ne pouvaient que s’améliorer !

Anthem

A la place, Le destin Les adeptes de Destiny sont entrés dans une spirale descendante. Ils semblent se concentrer sur tout sauf sur le cœur du jeu, comme si le jeu lui-même était devenu une réflexion secondaire par rapport aux systèmes de « service en direct » (y compris la monétisation) qui suivront. Destiny 2 était un pas de côté par rapport à l’original. La Division a pris plus d’un an pour mériter un second regard. Même Red Dead Redemption 2acclamé par la critique pour son mode solo, ne semble pas savoir comment s’épanouir dans un jeu qui soit à moitié aussi amusant que le jeu de l’année précédente. Grand Theft Auto Online.

Ce qui nous amène à Anthemun jeu qui semble mort à l’arrivée. Les mises à jour pourraient donner aux joueurs plus de raisons de jouer. Elles peuvent aussi être nulles. Quoi qu’il en soit, le problème central du jeu sera toujours de faire exploser les méchants dans les rues de la ville. Anthem devient ennuyeux beaucoup trop rapidement. Un mauvais jeu mis à jour fréquemment reste un mauvais jeu.

Personne ne va jouer Hymne dans 20 ans. Je serais surpris que quelqu’un s’en souvienne. Mais Ages of Empires II, Je pense qu’il aura toujours sa place.

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.